Le pourquoi du comment de ce blogueJeune Louis-Olivier

Depuis plusieurs années, j’ai un document dans mon ordinateur qui s’appelle « Si j’avais un blogue ». Sans trop savoir si un jour j’allais publier quelque chose, j’ai toujours eu cette envie de répertorier et d’archiver d’une quelconque manière le savoir de cette discipline éphémère.

Aujourd’hui, je me lance. Le contenu des articles sera varié. J’espère dresser un portrait de la discipline depuis ses débuts jusqu’à aujourd’hui, en passant par la présentation de différents artisans influents qui ont défriché le chemin pour nous, des réflexions passagères, mes projets, etc.

La découverte de la patente 

1996, je suis à ma première année du secondaire en train de marcher dans les corridors sur l’heure du diner quand j’aperçois un groupe d’élèves qui s’amuse à créant des histoires. Sans hésiter, je suis intervenu dans l’une d’elles. Mon premier personnage : un policier qui procède à une arrestation. L’équipe d’improvisation de l’école espérait recruter des nouveaux membres. Je venais de tomber dans ce merveilleux piège.

Je dois à Olivier Gaudet-Savard, mes 6 premières années d’apprentissage de la chose; 5 années au secondaire et ma première année au cégep. Un passage à Rivière-du-Loup avec Marius Tremblay et Louis Gagnon. Puis à l’Université Laval où Pierre Turcotte, Christian Saint-Pierre et Nicolas Tondreau m’ont présenté à tour de rôle leurs visions bien différentes du jeu. Ça fait donc maintenant 20 ans que je baigne quotidiennement dans cette passion qui m’a tant aidée à devenir l’humain que je suis aujourd’hui, et ce, messieurs, je tiens à vous remercier, vous m’en avez appris énormément autant sur la discipline que sur moi.

ImprovTshirtLa découverte du potentiel

Dans ces années-là, j’étais étudiant au baccalauréat en communication publique de l’Université Laval et membre de la Ligue universitaire d’improvisation (LUI). Pour faire connaitre la ligue, nous avions eu l’idée de cibler différentes organisations et d’y offrir des spectacles d’improvisation thématique pour faire passer différents messages à leurs membres. J’étais propriétaire d’un Dodge Caravane, cette minifourgonnette qui nous menait chez nos clients et ainsi est née la Caravane de la LUI. Bénévole, j’ai vu le potentiel d’en faire mon métier. On a le droit de rêver!

À ce moment de ma vie, je travaillais pour Patrick Guérard et le Improv game show qu’il m’a offert de reprendre en main après plus de 8 ans de loyaux services.

LABO ImprovisationLe Club d’impro lui a été fondé, sous l’appellation LABO Improvisation en 2009. J’avais l’impression d’être un génie en faisant allusion à un laboratoire. Quelques années plus tard, statistique non fondée, 1 compagnie sur 5 avait le mot labo dans son nom. Le LABO se servait de l’improvisation comme principal outil pour favoriser le développement de différentes organisations.

C’en est suivi des cours en entrepreneuriat, la participation à des concours d’idée d’entreprise, un prix et la constitution de ma compagnie.

Les possibles

Le temps a passé et j’ai eu l’envie de créer avec les meilleurs éléments de Québec qui ont soif de repousser leurs limites et d’en apprendre davantage sur le jeu. Avec Alexandre Racine, nous avons mis sur pied TURBO qui depuis 2012 est le spectacle principal du Club. Et en 2016, le collectif des Formes longues voit le jour pour nous permettre de jouer dans un environnement décloisonné avec des improvisations de longues durées.

Il y a l’improvisation comme outil, certes, et c’est d’abord et avant tout une discipline. Ce pour quoi le Club d’impro est né. L’envie de rassembler les meilleurs éléments avec qui j’évolue et s’offrir une plateforme pour repousser nos propres limites sans jamais tenir pour acquis que l’on sait ce que l’on fait.